Vumètre / Avril 2016

Dispositif antivibratoire Neodio Origine B1

Bonnes vibrations…

Avec Origine B1, le constructeur français Neodio propose une solution universelle aux problèmes des microvibrations qui parasitent votre système hi-fi. Ces palets métalliques au demeurant tout simples sont le fruit d’une étude réfléchie et pragmatique sur des sujets qui nous échappent parce que nous ne les voyons absolument pas. Le résultat de nos tests est sans appel, d’ailleurs les Origine B1 viennent de rejoindre notre arsenal…

Le packaging est élégant, la qualité de finition remarquable, et le prix semble sensé, même si on comprend vite qu’il faut multiplier le nombre d’Origine B1 pour coller aux exigences d’un bon système. Mais soit ! Nous n’en sommes pas à notre premier essai de joujoux audiophiles, et celui-là a le mérite d’être beau et 100 % made in France. Origine B1 mesure 65 mm de diamètre pour 32 mm de haut et pèse 370 grammes. Ce n’est donc pas un objet anodin. La fabrication est belle, avec un ajustage impeccable et une sérigraphie gravée au laser. Au besoin, un insert au format M6 permettra de solidariser Origine B1 à une enceinte acoustique : pratique et sûr !

Selon Stéphane Even, son concepteur, Origine B1 met en oeuvre la technologie Zéro Vibration (un dépôt de brevet est en cours), qui combat les effets délétères des perturbations vibratoires. Ce support antivibratoire est le premier produit à intégrer la technologie Zéro Vibration. Mais aux dires de leur constructeur, d’autres sont à venir. Ce dispositif absorbe les vibrations parasites et les dissipe. Sur le papier, Origine B1 est compatible avec tous les équipements. La meilleure configuration consiste à poser l’équipement sur 3 Origine B1. Elle garantit le passage de la quasi-totalité des vibrations parasites par les supports. On peut également utiliser Origine B1 sur le dessus des équipements électroniques où il absorbera les vibrations parasites qui sont générées par les circuits électriques.

Après essais intensifs, le constructeur propose plusieurs exemples de configurations.

  • Configuration 1 : 3 Origine B1. Le premier support sous la barrette secteur, le deuxième pour la source et le troisième pour l’amplificateur.
  • Configuration 2 : 6 Origine B1. 3 supports sous chaque enceinte
  •  Configuration 3 : 8 Origine B1. 3 supports sous chaque enceinte + 2 supports sous une barrette secteur métallique.
  •  Configuration 4 : 11 Origine B1. 3 supports pour chaque enceinte + 2 supports pour une barrette secteur métallique + 3 supports pour la source « vibrante » : lecteur (CD ou Blu-ray) ou ordinateur portable + dac. Dans ce dernier cas, c’est l’ordinateur qui doit être posé sur les supports. En effet, celui-ci étant généralement équipé d’un disque dur à plateau, il est à traiter prioritairement (vibrations et signaux électriques dans le même coffret.

Le son

Sages et disciplinés, nous avons commencé par placer deux Origine B1 sous notre barrette secteur Furutech e-TP609 E. Instantanément le son change. Il ne faut que quelques secondes pour comprendre que pour 500 € nous venons de booster significativement notre système.  Et le différentiel est important ! Nous avons la sensation que le son sort véritablement des enceintes et s’émancipe de leur emprise pour aller habiter la pièce d’écoute. Nous ressentons également une certaine forme de libération, comme si le spectre sonore retrouvait un juste équilibre. Il semble d’ailleurs plus étendu aux deux extrémités, mais absolument pas de manière spectaculaire ; au contraire, le naturel monte d’un cran. Globalement, les Origine B1 ne rajoutent absolument rien.

A l’inverse, ils donnent l’impression de plutôt retirer tout ce qui emprisonne la reproduction sonore dans un carcan artificiel : des couches successives d’infimes colorations qui plombent le son comme des nuages l’horizon. L’action des Origine B1 pourrait s’apparenter en photographie à une mise au point hyperprécise. On accède à un réalisme nettement accru débarrassé de la moindre sensation de flou. Seconde étape, nous installons trois Origine B1 sous chacune de nos ProAc.

Idem, la sensation de réalisme et de liberté remonte d’un cran très net. À ce stade, la scène sonore est d’une précision exceptionnelle, mais elle a surtout totalement changé et se déploie avec une aisance très étonnante. Le son est particulièrement posé et ancré. L’image est hyperstable, profonde, précise, nette, d’un réalisme incroyable, notamment sur les grandes formations. Le grave est encore plus profond, tonique, mais aussi précis et d’une variété impressionnante.

Le niveau de distorsion est très sensiblement rabaissé, par conséquent on se surprend à écouter beaucoup plus fort sans noter la plus petite tendance agressive. Le message est purifié, fluidifié, revigoré. Les timbres sont réalistes et comme expurgés de leurs scories. Certes, l’addition passe à 2 000 €, mais le gain est tangible, indiscutable, et nous ne sommes pas sûrs que le changement d’un autre maillon apporte autant de différence. Il faut être conscient que les Origine B1 apportent à votre système un gain que l’on ne peut vraisemblablement pas gagner ailleurs. La question est donc plus de savoir si vous ne devriez pas économiser sur un autre poste en attendant, et potentialiser votre système par la suite avec des choix plus judicieux, dans la mesure où les Origine B1 auront fait progresser l’ensemble assez drastiquement !

Le concepteur d’Origine B1

Pour beaucoup de concepteurs de matériel hi-fi, le passage à l’acte est lié à un questionnement. Stéphane Even est mélomane et ne comprend pas pourquoi il ne vit que rarement des moments de grâce avec son système hi-fi alors que le CD et le matériel sont bons. Cette insatisfaction, en tant qu’acheteur audiophile, pousse cet ingénieur électronicien à quitter son métier de responsable R & D chez Schneider Electric pour devenir fabricant d’électroniques hi-fi. Ainsi naît la marque Neodio en 2001. Durant de nombreuses années, Stéphane Even est confronté à des phénomènes incompréhensibles et en désaccord avec les approches techniques classiques. Pourquoi les câbles ont-ils une signature sonore ? Pourquoi n’y a-t-il pas de corrélation entre les performances mesurées des amplificateurs et leur qualité sonore ? Pourquoi une chaîne hi-fi ne sonne-t-elle pas de la même façon tous les jours ou à toute heure de la journée ? Pourquoi les systèmes hi-fi les plus performants requièrent-ils des heures de fonctionnement avant de bien sonner ? La remise en cause des solutions techniques habituelles a permis à Neodio de comprendre la nature des phénomènes physiques qui impactaient réellement la qualité sonore. Cette recherche a abouti à des solutions exclusives comme des systèmes de corrections d’erreur pour combattre les effets thermiques dans les amplificateurs, une horloge sans quartz pour la conversion numérique analogique, des solutions d’amortissement mécaniques des châssis et des câbles, et en 2015, Origine B1.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *